23. Taxis

Les artisans taxis traditionnels se plaignent de la concurrence des voitures de tourisme avec chauffeur (VTC), motos-taxis et voitures en libre-service. Ils dénoncent plus particulièrement la société Uber, qui exerce des activités commerciales de covoiturage urbain en temps réel.

Le statut hybride des taxis

Ayant eux-mêmes peu évolué, les taxis se situent mal dans cette jungle, à mi-chemin entre un statut libéral – le chauffeur est maître à bord et a le choix de ses courses - et un statut public, du fait qu'ils sont soumis à une règlementation et à une autorité publique (la préfecture de police dans l'agglomération parisienne, une préfecture en province).

Distinguer la situation des zones denses et le milieu rural

La FNAUT suggère de distinguer la situation des taxis en zone urbaine dense et  celle des taxis en zone peu dense, périphérique ou rurale.

Les premiers sont plus sensibles à la liberté d’entreprendre dans un système concurrentiel fort, les seconds sont plus ouverts à la dimension service public, dont ils assument une partie dans le cadre des activités de transport médical.

Le taxi, complément du transport collectif

Pour la FNAUT, les taxis doivent pouvoir se situer dans le service public et être considérés comme un complément du transport collectif, donc placés à ce titre sous la responsabilité d’une Autorité organisatrice de la mobilité durable (AOMD). Encore faut-il que les taxis le souhaitent et en acceptent les conséquences et les exigences du service public.

Cette autorité organisatrice doit faire en sorte :

-  qu'ils soient présents dans tous les quartiers des grandes agglomérations ; 


-  qu'ils soient facilement repérables ; 


-  qu'ils soient physiquement accessibles à tous comme le sont les "cabs" londoniens ; 


-  que leur prix soit abordable. Chacun doit pouvoir recourir au taxi pour des déplacements occasionnels (déplacements familiaux, achats importants, transport de bagages). 


Mettre fin aux formes de concurrence déloyale

La loi dite Thévenoud (septembre 2014) encadre déjà les activités des VTC. D'autres mesures doivent être prises pour mettre fin à la concurrence déloyale que la société Uber exerce sur les taxis. 
Mais ces mesures ne dispensent pas les taxis de se moderniser et d'être bien plus qu'aujourd'hui tournés vers le client, au lieu de se contenter d’une attitude défensive et corporatiste. 
Un service public de taxis très présent, d’utilisation facile et à la portée financière de tous contribuerait à réduire les nuisances et l'accaparement de l'espace urbain par la voiture. Encore faut-il qu'il soit à la hauteur de cette mission.

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.