21. Transport par câble

L’ancien gouvernement avait annoncé le lancement par l’Etat d’un appel à projets de téléphériques urbains. La FNAUT a dénoncé une décision prématurée et limitée à cette seule technique.

Un appel à projets mal ciblé 

Un appel à projets de transports urbains ne doit pas être limité au transport par câble (téléphérique, télécabines), mais étendu à tous les transports collectifs en site propre (TCSP). L’Etat doit aider les collectivités locales à développer les TCSP, mais il n’a pas de légitimité pour orienter des choix qui relèvent de la responsabilité des élus. C’est à ces derniers d’apprécier la pertinence des différentes techniques, en concertation avec le public. 

Le choix de la technique doit venir après l’analyse des besoins, qui doivent être appréhendés sur le long terme. Et, qu’il s’agisse de l’alternative tramway/BHNS ou de l’alternative tramway/câble, ce choix ne doit pas être fait en fonction des contraintes financières immédiates. 

Contrairement au tramway ou au BHNS (s’il dispose d’un véritable site propre), le transport par câble occupe peu d’espace au sol : ce n’est pas nécessairement un atout, contrairement à ce que laissait entendre l’ancienne ministre qui montrait ainsi qu’elle ne souhaitait pas limiter la place de la voiture en ville. Le câble, en effet, ne permet pas de réduire l’espace occupé par la voiture, ce qui reste l’objectif premier des Plans de Déplacements Urbains introduits par la Loi sur l’air et l’utilisation rationnelle de l’énergie (loi dite Lepage de 1996).

Un créneau bien précis

Le transport urbain par câble est bien adapté au franchissement des coupures urbaines (fleuves, vallées, autoroutes, faisceaux ferroviaires) et à la desserte des villes comportant de forts dénivelés. Mais, contrairement à ce qu’a indiqué l’ancienne ministre, il n’est justifié que dans ces cas particuliers, si le volume de sa clientèle potentielle est suffisant mais pas trop élevé, et si son intrusion visuelle est acceptable (le projet d’Issy-les-Moulineaux a été abandonné suite à l’opposition des riverains). Ce n’est pas une solution universelle.

Une nouvelle mode ?

Ne faut-il donc encourager, sans modération, que le transport par câble, à partir du seul cas très spécifique de Brest, alors que ses coûts d’exploitation et les réactions du public (usagers et riverains) à cette nouvelle offre ne sont pas connus ? La FNAUT a toujours préconisé la prudence face aux nouvelles technologies présentées comme des innovations révolutionnaires et des solutions miracle. Elle a ainsi dénoncé la mode du tramway sur pneus, qui se termine par des fiascos financiers (un acharnement thérapeutique sur le TVR à Nancy qui heureusement va s’achever, un remplacement du TVR par un tramway à Caen) ou, à Clermont-Ferrand, par une réalisation plus fiable que dans ces deux villes, mais d’un confort médiocre et plus coûteuse qu’un tramway classique. 

C’est bien le quatrième appel à projets de TCSP « toutes techniques » prévu lors du Grenelle de l’environnement, réclamé par la FNAUT depuis deux ans mais refusé par le gouvernement, qui est urgent : il doit susciter les initiatives de l’ensemble des élus et concentrer les moyens financiers disponibles.

Conseil juridique

Le service médiation de la FNAUT vous assiste pour résoudre vos litiges avec un transporteur.

 

FNAUT-infos

Le bulletin mensuel sur l'actualité des transports et de l'environnement.

 

Dans votre région

Rejoignez l'association membre de la FNAUT proche de votre domicile et de vos préoccupations.

Vous êtes ici : Home La FNAUT Les positions de la FNAUT 21. Transport par câble